Yves Viollier "Raymonde"

"Oh Dieu, pourquoi donc en mourant ne nous as-tu pas mués en dieux ! Ma trajectoire quand je m'éfforce de toute mon âme de la maintenir en droit ligne, si je me retourne elle ressemble à ces sillages laissés par les avions, dont le trait un instant précis, peu à peu se dissout, devient flou. Et tout est à refaire, tout s'efface, tout se ternit. Seigneur, donne moi un bout de ton crayon à la pointe si bien taillée, et guide ma main, que je fasse le portrait de ta création, que ce que j'écris te ressemble" Yves Viollier "Raymonde"



"Il va sans dire que la vie n'étant pas une bibliothèque rose elle ne respecte guère ces intentions édifiantes" François Nourissier in "Musée de l'homme"

vendredi 28 décembre 2007

RENE BAZIN ET LA ROCHE

René Bazin (1853-1932). Après « De toute son âme », « La Terre qui meurt » fit de lui un des écrivains les plus lus de France au début du XXe siècle. Il fut élu à l'Académie française en 1903. Il publia son dernier roman « Magnificat » en 1931.

René Bazin fit de la ville une sirène maléfique

2/8. La ville, un roman, son auteur.


Dans « La Terre qui meurt », de René Bazin (1899), La Roche-sur-Yon est « la » ville tentatrice. Une sirène maléfique qui aguiche le monde rural en déclin.
« Et François, où est-il ?
- Figure-toi... tu ne t'attends pas à ce que je vais te dire : il a quitté la Fromentière, voilà quinze jours depuis hier pour entrer dans les chemins de fer, à La Roche... Éléonore est partie avec lui... Il paraît qu'elle va tenir un café. Si tu crois ! »
- Vous les avez donc chassés ?
- Non, des paresseux tous les deux, qui veulent gagner de l'argent sans rien faire... ».


La Terre qui meurt, paru en 1899, est l'un des romans de la première période de René Bazin. Une évocation poétique et réaliste du rêve d'une France agricole, traditionnelle, ancrée dans le passé. L'action se déroule du côté de Sallertaine, en plein Marais breton. Un Marais breton mythifié, paré des brumes flatteuses de souvenirs de vacances vendéennes heureuses. Ce paysage idéalisé sert, par contrepoint, de décor au drame de la Fromentière, ce domaine agricole abandonné par un grand propriétaire qui s'en va à Paris et qui, ruiné, doit vendre ses meubles. Tandis que le bon métayer travailleur et viscéralement attaché à son lopin de terre, à son île, au sens propre et figuré, a le coeur déchiré de voir partir un fils en Amérique, l'autre comme employé de la gare de La Roche.


La fin d'un monde parfait


Comme on le sent dans l'extrait cité plus haut, la gare yonnaise devient un symbole de progrès, de vitesse, de vertige, de perte de repères. Dans son transfert de romancier, Bazin fait de ce gros bourg rural et commerçant qu'est le La Roche de l'époque, une ville tentatrice « de proximité », une halte dangereuse avant Paris, l'abîme urbaine. La déchéance morale et sociale guette : « Le lendemain, en effet, le métayer de la Fromentière descendait de wagon dans la gare de La Roche-sur-Yon... Dès qu'il posa son pied sur le quai, il chercha son fils... Lui, venu librement, dans son costume de laine noire, maître de régler le travail et le loisir de ses journées, il avait honte à la pensée que, dans cette troupe de manoeuvres commandés, serrés de près par les chefs, vêtus d'un uniforme qu'ils n'avaient pas le droit de changer, il y avait un Lumineau, de la Fromentière ». Le contact rugueux avec le contrôleur marque le fossé qui se creuse : « Ces paysans, ma parole, ça ne doute de rien, ça se croit partout dans ses champs ».


Annonciateur de l'écologie ?


A rebours, le monde rural, qui entame son exode vers la ville, est déifié. Au grand regret de l'auteur, un monde disparaît, un autre apparaît, laid, mouvant, dangereux. Un monde parfait s'écroule. Bazin brandit le catholicisme et des valeurs traditionnelles contre la ville, le progrès, l'athéisme, la contagion révolutionnaire. Dépassé ? Désuet sans doute. Reste une certaine résonance annonciatrice des débats du jour sur écologie et l'avenir de la planète. Un terrain où urbains et ruraux sont désormais embarqués sur le même bateau.


Marc LAMBRECHTS.


« La Terre qui meurt » est parue aux éditions Omnibus et Gens de Vendée.


A suivre demain, Michel Houellebecq soigne sa dépression à La Roche.


Ouest-France

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails