Yves Viollier "Raymonde"

"Oh Dieu, pourquoi donc en mourant ne nous as-tu pas mués en dieux ! Ma trajectoire quand je m'éfforce de toute mon âme de la maintenir en droit ligne, si je me retourne elle ressemble à ces sillages laissés par les avions, dont le trait un instant précis, peu à peu se dissout, devient flou. Et tout est à refaire, tout s'efface, tout se ternit. Seigneur, donne moi un bout de ton crayon à la pointe si bien taillée, et guide ma main, que je fasse le portrait de ta création, que ce que j'écris te ressemble" Yves Viollier "Raymonde"



"Il va sans dire que la vie n'étant pas une bibliothèque rose elle ne respecte guère ces intentions édifiantes" François Nourissier in "Musée de l'homme"

vendredi 30 avril 2010

Madame, Pardon...

Lettre à Madame Jacqueline de Romilly.


Chère Madame,


Quand je lis les journaux, les articles sur internet sur la Grèce et son cauchemar économique. Un pays étouffé, étranglé, à l'agonie. Les charognards sont à son chevet. FMI, instances européenes, les présidents des pays et n'oublions pas les présidents des banques et leurs ministres des finances. Ces derniers ont un comportement à vomir. Certes, leur métier n'est pas être mysanthropes, certes. Le but premier c'est de faire des affaires juteuses, spéculer. Mais cela me fait bondir ! C'est vraiment exagéré. Et les Allemands et les Français sont les premiers aux starting blocks pour dilapider l'héritage de ce pays.... Ils jouent la carte de la solidarité, la main sur le coeur, prêtent des liquidités mais... empochent des intérêts plus que confortables. Elle est belle cette charité, cette solidarité. Quel coup de poker menteur ! On savait bien que les paramètres, les rêgles de Maastricht sont impossible à respecter car trop rigoureuses, utopistes et éloignées de la réalité du terrain. On le savait lors du référendum mais non, on se croyait plus forts, plus malins que les autres. Actuellement, la Grèce, le Portugal, puis le tour de l'Espagne bientôt de l'Italie et... de la France. On sera tous visés à un moment ou un autre et je sens poindre le retour du boomerang. L'esprit impérialiste a encore des relents dans ces deux pays-là.

Oui, j'ai honte du comportement des dirigeants de mon pays qui ont fait passer leurs intérêts financiers que celle du peuple grec.  Ce pays qui nous a tant donné. La mythologie, les monuments, la civilisation grec. Sans oublier tout ce qui a trait à l'Olympisme. Non la Grèce ce n'est pas seulement Nikkos Aliaga (que vous affectionnez certes), les grands clubs de football et la Fêta que l'on met dans nos salades estivales. La Grèce fait partie de nos fondements culturelles et historiques. Un des berceaux de la religion orthodoxe, berceau aussi de la langue. Amusez vous à vérifier étymologiquement les mots que vous trouverez et vous constaterez que l'on a pas que des racines latines. Tout un pan de notre histoire est en train de vaciller.

J'ai tellement envie, Madame, de dire pardon aux grecs et à vous aussi. Vous avez passé votre existence à nous faire découvrir ce pays, cette civilisation, cette langue. C'était au fond de votre cœur, une mission sacrée. Vous avez réussi à nous provoquer la curiosité et on a ouvert vos livres. Vos trésors. Je ne pourrez jamais vous remercier assez de ce que vous nous avez apporté. Cette volonté de respecter le français, de se rendre curieux des autres, apprendre, toujours apprendre...Toute cette bibliothèque que vous nous avez écrit durant toute votre vie !

Même si je sais que le destin ne fera jamais croiser nos chemins à mon grand regret, j'aurais eu l'immense joie de vous lire, vous écouter dans des interviews glanées par ci par la sur la toile.

Vous la grande dame, fragilisée par les années qui passent. Une belle femme, qui s'est tant démenée pour la Grèce, voir ce gâchis cela doit vraiment cela doit être épouvantable, une blessure.

La Grèce a subit bien des épreuves, mais elle se souvient d'où elle vient et tout peuple qui a la mémoire de son passé aura un grand avenir. Et il vaincra des épreuves.

Si cela peut rassurer... C'est déjà ça.

Avec tout mon respect ainsi que ma reconnaissance, Madame !


1 commentaire:

OrangeOrange a dit…

Cher Dimitri, …

Lettre ouverte à un ami grec, vue sur Pnyx.com ( http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/659 ), accompagnant la question-débat au coeur de cette crise :

Europe, un mariage "Pour le meilleur et pour le pire" ?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails